Accueil > Actualités > Actualité des langues > Klingon, vulcain, … Les langues de Star Trek (Les langues imaginaires - (...)

Klingon, vulcain, … Les langues de Star Trek (Les langues imaginaires - Partie 3)

Klingon, vulcain, … Les langues de Star Trek (Les langues imaginaires - Partie 3)

L’une des franchises les plus célèbres de la Science-fiction américaine, Star Trek a donné naissance à un univers riche et foisonnant. Et comme toute SF mettant en scène des peuplades extra-terrestres, elle a entraîné la création de langues imaginaires, dont les plus populaires sont sans conteste le klingon et le vulcain.

En 1966, les spectateurs américains découvrent pour la première fois sur le petit écran une série appelée à devenir culte. Star Trek met en scène, dans le futur utopique du xxiiie siècle, les aventures de l’équipage du vaisseau spatial Enterprise NCC-1701 commandé par le capitaine James T. Kirk. Reflet d’un monde en paix où tous les habitants de la Terre ainsi que des peuples extra-terrestres vivent ensemble sous la bannière de la Fédération des planètes unies, l’Enterprise compte en son sein une officier des communications afro-américaine (Uhura, dont le nom signifie « liberté » en swahili), un lieutenant d’origine asiatique, et, dans le rôle du second de Kirk, un Vulcain, Spock, plus tard rejoints par l’enseigne russe Pavel Chekov. Avec ses oreilles pointues et son faciès vaguement sataniques, Spock devient très vite l’un des personnages les plus populaires de la série. La race des Vulcains est ainsi régulièrement mise à l’honneur à travers la présentation de nombreux concepts propres à la culture de ce peuple. Et bien entendu, la langue vulcaine est la première langue extra-terrestre introduite dans la franchise. Il faut cependant attendre le film Star Trek II pour que le linguiste Mark Okrand soit engagé pour créer les paroles échangées en vulcain par Spock et sa compatriote Saavik. Depuis, des sites dédiés à cette langue artificielle ont fleuri sur Internet, comme celui du Vulcan Language Institute.

C’est cependant pour la création d’une tout autre langue que Mark Okrand est connu : le klingon. Dans l’univers de Star Trek, les Klingons sont une race extra-terrestre guerrière, d’abord ennemie récurrente de la Fédération (ils sont en guerre avec elle tout au long de la première série) avant de devenir une alliée de choix (Star Trek : The Next Generation). Les Klingons apparaissent pour la première fois à l’écran en 1968 mais ils ne parlent alors qu’anglais. Tout change en 1979 avec la sortie du premier film de la franchise. Désormais les Klingons s’expriment avec des cris gutturaux. Toutefois, il ne s’agit alors que d’un magma informe de sons. Par la suite, Mark Okrand est engagé pour créer ce qui deviendra l’une des langues imaginaires les plus populaires au monde, avec les langues elfiques chères à Tolkien.

Pour créer un système linguistique crédible, Okrand s’appuie sur ce qu’il connaît du fonctionnement du langage pour construire une langue complètement nouvelle, dans laquelle on peut néanmoins reconnaître des influences amérindiennes et sud-asiatiques. Le linguiste va jusqu’à entraîner les acteurs pour la prononciation. En 1985, il publie The Klingon Dictionary. Le livre s’arrache parmi les fans qui s’attellent à l’apprentissage de ce langage alien.

Quelques années plus tard, le Dr Lawrence Schoen fonde, en 1992, le très sérieux Klingon Language Institute (KLI). Cet institut promeut la langue artificielle créée par Okrand, notamment via une conférence annuelle dédiée, un site web très actif et de nombreuses publications. Parmi celles-ci, on citera les traductions en klingon de Hamlet, du Tao Te King et de l’Épopée de Gilgamesh. Le KLI propose également des cours de langue accessibles en ligne, et a même créé un certificat d’aptitude au klingon. Les apprenants les plus aguerris peuvent profiter d’un groupe de discussion pour klingophones, d’une revue en ligne Qo’nos Qonos, et peuvent proposer des nouvelles et de la poésie de leur crû sur le Klingon Writing Project. Actuellement, un projet de traduction de la Bible est aussi en cours.

 

Tension entre diversité et unicité linguistique

 

Bien sûr, le klingon et le vulcain ne sont pas les seules langues extra-terrestres entendues ou évoquées dans Star Trek. Il y a aussi le rihannsu, parlé par les Romuliens (un peuple cousin des Vulcains), le tamarien, le ferengi, le bajoran ou encore l’andorii (qui rappelle aussi bien le chinois que le japonais), et bien d’autres. Pour la plupart, elles n’ont pas fait l’objet d’un développement aussi poussé que le klingon.

Il est vrai que, tout au long de la franchise, la langue principale dans laquelle les personnages s’expriment est l’anglais, désigné diversement en VO par « Galactic  », « Earth Basic  », ou « Standard  ». Il s’agit là d’un problème entêtant et inhérent à tous les space opera américains : la galaxie parle immanquablement anglais. On peut se demander s’il n’y a pas là, en dépit de la création foisonnante d’espèces et de civilisations variées, la tentation d’une unicité linguistique allant à rebours du mythe de la tour de Babel. En définitive, pour que chacun parvienne à se comprendre dans un univers bien plus vaste que notre seule planète et où chacun a son propre dialecte, il est nécessaire de se raccrocher à une langue commune. Sans surprise, la franchise Star Trek étant américaine, cette langue ne peut être que l’anglais, langue maternelle du très américain capitaine Kirk. Une sorte d’ethnocentrisme latent, involontaire, se fait dès lors jour, où la Terre apparaît comme le centre de la Fédération, modelée sur une vision hyperbolique idéale des États-Unis d’Amérique, État fédéral s’il en est. Du reste, l’accroche originale de la première série, « Space, the final frontier… », fait écho au mythe américain de la Frontière qui s’accompagne de la volonté d’explorer toujours plus loin les espaces inconnus et de repousser les limites du monde civilisé. Et l’on voit alors se profiler les limites bien réelles de la belle utopie imaginée par Gene Roddenberry. L’anglais, première langue de communication du monde d’aujourd’hui, et demain peut-être langue commune d’une fédération galactique ? Même si vous aimez la langue de Shakespeare, au nom de la diversité linguistique, il est peut-être temps de vite se mettre au klingon.

 

A lire également sur Slate.fr :

http://www.slate.fr/story/5273/les-klingons-ne-savent-pas-dire-bonjour

Viviane Bergue

Autres actus des langues

L’apprentissage du français dans la loi asile et immigration : vives inquiétudes des associations

Reprenant l’analyse du collectif national Le français pour tous, le CAFT, le...

Lire la suite


Glottophobie | Tout savoir sur cette discrimination méconnue

La glottophobie, au même titre que l’homophobie ou la xénophobie, doit être...

Lire la suite

Sauvons le Goethe Institut de Toulouse !

En plein été, l’annonce de la fermeture du service linguistique de l’institut...

Lire la suite

Le forom des langues revient le 19 juin !

Le 28ème Forom des Langues du Monde aura lieu ce dimanche 19 juin, place du...

Lire la suite

La Semaine franco-allemande a commencé !

Du 19 au 31 janvier la Semaine franco-allemande revient à Toulouse avec de...

Lire la suite

Le Forom des langues du monde revient le 10 octobre !

Le 27 ème Forom des Langues du Monde aura lieu ce dimanche 10 octobre. Ce...

Lire la suite

MéliMélangues, association linguistique ariégeoise

Une nouvelle association vient de voir le jour en Ariège et propose déjà de...

Lire la suite

"Les langues mortes sont-elles vivantes ?"

Dans le podcast "Parler comme jamais", Laélia Véron reçoit trois enseignants...

Lire la suite

Apprendre les langues africaines

En ces temps troublés où, paraît-il, nous avons plus de temps pour nous, voici...

Lire la suite